Accueil > Qui sommes-nous ? > Le changement climatique : comprendre et agir !

Le changement climatique : comprendre et agir !

dimanche 15 septembre 2013, par Admin

Le réchauffement climatique est le plus grand défi que doit relever l’humanité au cours de ce siècle.

Si nous ne l’enrayons pas, l’élévation de température de plusieurs degrés associée à la croissance démographique, à la surexploitation et à l’épuisement des matières premières, pousse notre monde vers une rupture écologique et conduira nos sociétés développées au déclin.

Rappelons-nous que la vie est apparue sur Terre à la suite de subtiles modifications qui ont créé un état d’équilibre unique dans le système solaire. Lorsque la température de notre corps s’élève de 3°C, nous sommes gravement malades. Il en sera de même pour notre écosystème qui changera radicalement d’aspect à partir de quelques degrés de plus.

Ce discours est celui du GIEC (Groupe Intergouvernemental d’experts sur l‘Evolution du Climat).

Septembre 2013 : publication du 5è Rapport du GIEC !

www.leclimatchange.fr

( site à vocation pédagogique, expliquant les conclusions du 5ème rapport du GIEC.)

Créé par l’ONU et l’Organisation Mondiale de la Météorologie, son rôle est d’expertiser l’information scientifique, technique et socio-économique qui concerne le risque de changement climatique provoqué par l’homme. 2000 scientifiques de pratiquement tous les pays constituent ce groupe. Plusieurs milliers d’experts sont impliqués dans les processus de rédaction et d’expertise des rapports du GIEC. Ceux-ci sont approuvés en assemblée générale.

A ce jour, toutes les publications officielles ont été approuvées à l’unanimité. Ce qui explique le fait qu’ils soient rarement contestés par des scientifiques spécialistes des disciplines concernées.

Les conclusions du GIEC sont :

  • La température moyenne sur Terre, donc l’effet de serre, est liée à la concentration de CO2 et autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Selon différents scénarios, la température au cours du 21ème siècle s’élèvera de 1,5 à 5,8°C
  • La concentration de CO2 est passée de 280 à 400 ppmv (parties par million de volume) au cours de l’ère industrielle. Elle a augmenté de 1,9 ppmv/an en moyenne entre 2000 et 2008. Seule la crise économique a infléchi cette croissance.
  • C’est l’homme qui est le principal responsable de cette augmentation, essentiellement par la combustion des énergies fossiles : charbon, pétrole, gaz, qui produit un déstockage massif du gaz carbonique emmagasiné par la nature il y a des millions d’années.
  • Seules de très fortes réductions d’émissions seraient susceptibles d’atténuer les dérèglements climatiques à venir. (Le GIEC pèse ses mots !)

Ces conclusions sont admises par tous les pays y compris les USA. Ce sont les solutions proposées qui sont très différentes .

Pourquoi réagissons-nous si peu ?

Notre génération est née dans un monde en pleine croissance avec une énergie abondante et bon marché où tout paraissait possible grâce à la technique.

Malheureusement, nous vivons dans un monde aux dimensions finies et aux ressources limitées, soumis aux lois de la physique, en particulier aux premier et second principes de la thermodynamique.

  • D’une part, il n’est pas possible de créer de l’énergie, mais seulement de la transformer (1er principe). Nous dépendons donc de stocks existants.
  • D’autre part, toutes les transformations ne sont pas réversibles (2ème principe), d’où des rendements plus ou moins bons à chaque transformation.

Nous, citoyens des pays développés, avons bâti notre modèle de société autour de la croissance permanente et nous pensons qu’il y a une solution technique à chaque nouveau problème.

Remettre en cause la croissance ne relève pas d’une idéologie politique ou philosophique, mais simplement des lois de la physique qui sont incontournables, et de nos ressources limitées.

La préservation de notre climat et de notre écosystème ne dépend pas de l’avènement de nouvelles technologies, elle dépend surtout de la recherche d’un équilibre entre les besoins de l’humanité et les ressources disponibles sur Terre. « Mais nous construisons des stratégies pour ne pas croire ce que nous savons ».

Il s’agit donc d’un changement de paradigme (1)
Il nous faut repenser entièrement la façon de satisfaire nos besoins. Nous devons mettre au regard de la solution proposée les inconvénients que nous sommes prêts à accepter : air ou eau pollués, accumulation de déchets, dérèglement climatique, épuisement des ressources...
Le défi est d’orienter les technologies pour satisfaire nos besoins en fonction des ressources en énergies renouvelables, d’intensités variable et diversifiée, beaucoup moins polluantes.
Ce changement de paradigme concerne l’individu dans ses actes de tous les jours, mais aussi l’ensemble de la société dans son organisation générale.

(1) modèle théorique de pensée qui oriente la recherche et la réflexion scientifique

IL EST POSSIBLE D’AGIR : c’est une question de priorité dans nos choix !

(lire la suite en cliquant ici)

Documents joints